L’odorat et le goût, qui imaginerait ne plus en être pourvu? Personne je suppose, car personne ne pense perdre un jour l’un de nos sens inestimables qui nous permet un rapport au monde si varié. Mais qui sont réellement l’odorat et le goût?

L’odorat ou olfaction, est ce sens précieux qui permet de percevoir les odeurs, et qui nous permet par nostalgie de voyager au gré de nos pensées et de nos souvenirs.

Le goût ou gustation nous permet quant à lui de percevoir les saveurs des aliments et d’enrichir ainsi à souhait notre gamme des goûts. 

L’olfaction et la gustation sont deux sens qui sont proches l’un de l’autre, par leur relation anatomique étroite mais également par leur capacité d’analyse des molécules stimulant leurs récepteurs sensoriels. Pour exemple, souvent, avant de goûter un thé, une tisane, un repas, du vin (…), on les sent pour percevoir la palette aromatique puis on les goûte pour voir si l’on retrouve les arômes sentis et si cela nous est appréciable.

Cette capacité de ressentir les goûts et les saveurs rend la vie d’une richesse remarquable, car elle nourrit notre exploration alimentaire, nous renvoie à des souvenirs réjouissants, nous permet d’entretenir nos madeleines de Proust.

Mais il arrive que l’un de ces sens voire les deux, dysfonctionnement ou disparaissent même, et là nous entrons dans une vie aseptisée, inodore et insipide, où les goûts et les saveurs n’ont plus leur place. Un choc !

La perte de l’odorat ou anosmie et/ou la perte du goût appelée agueusie, ont été (re)mises au jour et au près du plus grand nombre au travers de l’épidémie de Covid-19, dont l’un des symptômes est la perte concomitante de l’odorat et du goût. Cependant ces troubles d’anosmie et d’agueusie sont certainement plus fréquents que ce que l’on n’imagine. On peut les retrouver chez des personnes ayant subi des traumatismes crâniens, ou auprès de personnes souffrant de cancer et sous traitement chimiothérapique ou radiothérapique, des personnes épileptiques (…) ou encore des personnes ayant subi des affections virales comme cela est mon cas.

Car il y a 2 ans et demi, après avoir contracté la grippe et ayant vu mon système immunitaire mis très à mal durant plusieurs semaines, j’ai perdu l’entièreté de mon olfaction et de ma gustation durant plus d’un an. Le diagnostic a été sans pitié: anosmie et agueusie, et la perspective de vivre dans un monde sans odeurs et sans goûts a été un ébranlement, surtout avec le doute nourri qu’une rémission était peut-être inenvisageable.

 On peut alors se dire, avec résignation, que vivre sans  gustation et sans olfaction est un fait et qu’il en est ainsi. Mais en y regardant de plus près, l’olfaction nous rend un service incommensurable, celui de nous faire vivre dans un milieu sécure: car naturellement l’organisme reste sur ses gardes face à des odeurs incertaines sur le plan de la sécurité alimentaire par exemple, ou nous soutient sans que l’on n’y prête plus attention sur la sécurité au quotidien: comme pour sentir un plat entrain de brûler, sentir une odeur dangereuse… Mais lorsque ce sens est défaillant, le risque d’un accident domestique, alimentaire (…) devient plus grand et peut engager l’intégrité physique de la personne atteinte d’un tel trouble.

Et que dire de la perte du goût? Lorsque l’on se nourrit, au-delà de l’obligation vitale de manger, il y a une part d’émotionnel qui entre en ligne de compte. Aussi lorsque les plats sont sans aucune saveur, la personne souffrant d’agueusie peut commencer à se nourrir en moindre quantité pour que passe plus rapidement le mauvais moment du passage à table. Ce qui peut générer des troubles alimentaires, des carences en macro et micronutriments, en neurotransmetteurs et ainsi avoir une cascade d’effets délétères au niveau physiologique mais également psychique.  

Et c’est là que peut entrer en jeu la Naturopathie et toute sa boîte à outils, pour tenter en parallèle de l’allopathie, de remobiliser l’ensemble des forces vives de l’organisme. C’est un accompagnement qui peut s’avérer payant selon le cas, comme cela l’a été pour moi. Dans l’accompagnement naturopathique lié aux troubles du goût et de l’odorat, croire en ses capacités de résilience et laisser le temps aux choses de se (re)déployer seront des dimensions importantes, car l’anosmie et l’agueusie étant de l’ordre de défaillances liées à la transmission nerveuse au niveau du cortex cérébral, le temps doit être perçu avec beaucoup plus de relativité.

Mettre toutes les chances de son côté, c’est ce que peut offrir la naturopathie en complémentarité de la médecine, dans le cas des troubles de l’olfaction et de gustation, ne serait-ce qu’en qualité de gestion des émotions et du stress lié à l’incertitude: 

1. opter pour une alimentation hypotoxique et antioxydante 

2. intégrer des aliments ciblés riches en micronutriments aidant à soutenir la sphère ORL haute

3. utiliser l’ensemble des outils de gestion du stress et des émotions pour continuer à cheminer malgré l’adversité

4. apporter une complémentation personnalisée et limitant les possibles carences

5. favoriser le travail des sens par les techniques de pleine conscience par exemple. 

Recouvrer un sens ou même une partie infime, est une joie indescriptible et qui amène à penser le monde de manière plus savoureuse, plus intense, tout en continuant le travail de redécouverte des odeurs et des saveurs. Car quoi de plus agréable que de renouer avec le goût de la betterave, des fraises des bois, des myrtilles, de pouvoir les différencier et d’en retrouver le goût d’un souvenir lointain.

Cette année 2020 a été redoutable en bien des points pour l’humanité entière, et sur le plan de ma problématique d’anosmie et d’agueusie, elle aura été celle qui en 2 ans m’a offert la redécouverte la plus prolifique en qualité de saveurs et odeurs originelles, comme ça fait longtemps que je ne les avais pas senties.

Rien n’est acquis dans la vie, et rien n’est figé… Au bout de 2 ans et demi  d’un chemin pavé d’embûches et de petites victoires pour moi, je renoue enfin avec presque tout le champ des odeurs et des saveurs. Un bonheur inouï… 

Alors au besoin n’hésitez pas à vous tourner vers moi en qualité de naturopathe, pour que l’on discute plus avant de vos troubles d’odorat et de goût et leurs incidences sur votre quotidien. Bien à vous. Céline ✨💫

 

« Les conseils dans cet article ne sont en rien des conseils médicaux. Ils ne valent pas prescription médicale et ne remplacent en aucun cas, ni ne modifient un suivi et un traitement médical. En cas de doute et pour tout avis médical, il est nécessaire de vous tourner vers votre médecin. »

 

 

 

 

 

 

 

vel, tristique Praesent sem, ultricies id sit ipsum
Share This